Se mettre des pintes sans grossir, protocole opératoire.

La question que tout le monde se pose en période de diète et de régime : “est-ce que je peux continuer de perdre du poids en profitant d’une bonne bière de temps à autre ? »

On le sait, c’est un fait, les boissons alcoolisées sont très néfastes dans une démarche de perte de poids, et la bière en fait partie intégrante, voilà c’est dit.

On le sait, une simple petite bière entre copains peut très vite se transformer en 5 ou 6 pintes sur un malentendu, un happy hour qui traîne ou encore un patron de bar commercial…

Vous venez ainsi, en 2 temps 3 mouvements de foutre votre régime dans vos godasses, ingérant autant de calories que vous n’en auriez trouvé dans un Mac Do, macdo que vous ferez en plus en rentrant chez vous plus tard ce soir-là, on vous connait !

Heureusement, il existe quelques petites astuces pour profiter d’une bonne bière sans pour autant annihiler votre ligne et votre silhouette parfaite !

En fait, tout réside dans le choix de sa bière, sélectionnez la bonne et vous ne tirerez pas de trait sur votre préparation 6 pack spéciale vacances d’été.

La bière et ses quelques effets positifs

Figurez vous qu’une consommation modérée et occasionnelle de bière peut même présenter certains avantages sur la santé, oui vous avez bien lu ! Certaines études ont ainsi mis en exergue qu’un peu de bière pouvait ainsi diminuer les niveaux de stress, ou, plus étonnants, faire baisser les risques de maladies cardio-vasculaires, en empêchant la formation de caillots sanguins (on a dit un peu de bières hein !).

Par exemple, une petite pintounette de Guiness en after work corrigera tout le mal que vous avez fait subir à vos petits yeux durant votre journée de travail devant l’ordinateur. C’est en tout cas ce qu’ont découvert les chercheurs de l’université “Western Ontario” en mettant en valeur que les antioxydants contenus dans les “dark ales” et les “stouts” protègent des dégâts mitocéchondriaux sur les yeux. En outre, l’université de Boston à montré qu’une consommation modérée de bière était associée à un risque diminué de déficience oculaire.

Tout réside dans l’APBV

Pour trouver votre angle stratégique d’attaque de pinte, tout se situe dans ces 3 lettres, ABV : alcohol by volume, le degré d’alcool de la bière que vous allez choisir en d’autres termes.

Un haut volume d’alcool est synonyme d’un nombre de calories plus élevé, et donc d’une plus forte probabilité de développer un bide à binouze ! Donc, avant de pencher pour l’appétissante IPA brassée maison aux délicieuses notes de houblon, vous devriez plutôt considérer une bière plus douce.

Voici de quoi vous aider à faire votre choix en toute conscience “calorique” :

  • Premium lager forte : 340 Calories environs (300 pour une Delirium par exemple)
  • Pinte de Desperados : 300 Calories
  • Bière Blanche : 250 Calories (265 pour une Hoegaarden)
  • Stout : 200 Calories (210 pour une Guiness)
  • Bière Ambrée : 182 Calories
  • Bitter : 180 Calories
  • Lager : 170 Calories
  • Brown Ale : 160 Calories
  • Bière light : 142 Calories

Le dernier petit truck qui fera la diff’

Souvent on vous dit de boire un verre d’eau entre chaque verre d’alcool, mais dans la vraie vie personne ne fait ça ! Alors, tâchez au moins de bien choisir la forme de votre verre à bière. En effet, l’université de Bristol a mis en avant le fait que l’on boit moins vite dans un verre aux parois droites plutôt qu’un verre incurvé…

Que ce passe t’il si je prends des stéroïdes anabolisants

Plus c’est gros, mieux c’est ! Pas forcément, voici 5 raisons de ne pas prendre de stéroïdes et de continuer de vous entrainer de manière saine.

L’ADN est touché

Beaucoup de personnes un peu naïves peuvent être tenté de prendre des raccourcis pour arriver au titre de Mr Olympia, mais vola, que la prise de stéroïdes soit orale ou par piqure, cela comprends des risques.

Le stéroïde anabolisant fait ensuite leurs routes dans la circulation sanguine jusqu’aux cellules musculaires où les hormones peuvent alors interagir avec l’ADN. Une fois dans la circulation sanguine, les stéroïdes commencent à tout infecter, depuis votre cerveau jusque votre appareil génital.

Une expansion catastrophique

Si votre testostérone naturelle peut être décrite comme un système stable, l’usage de stéroïdes peut s’apparenter à dynamiter un barrage d’eau..

Ils augmentent effectivement le potentiel de croissance des muscles, ces derniers grossissent donc plus que ce que la génétique a prévu pour eux ! Plus tôt que d’en faire usage, prenez plus de sommeil, allez au lit plus tôt, c’est la nuit que les muscles s’adaptent.

Les organes vitaux touchés

Alors que vos muscles vont gonfler, le reste de votre corps, lui, va souffrir terriblement. Votre niveau de testostérone va atteindre des niveaux que le corps n’est pas habitué à gérer.

Cet environnement loin d’être sain va stresser vos organes vitaux tels que les reins ou le foie. Votre foie n’a pas besoin de ça, surtout si vous lui faites déjà subir régulièrement quelques fiestas de-ci de-là ! À ce propos, si vous avez besoin de “redémarrer votre foie”, rien de tel qu’une bonne assiette de chou fleur pour gérer les toxines accumulées.

Bonjour les Oestrogènes

Petit à petit, sans que vous ne puissiez le sentir, les stéroïdes vont vous faire devenir de plus en plus “féminine”. Les oestrogènes sont un sous-produit de l’utilisation de stéroïdes, augmentez en les niveaux et vous serez certains d’affecter vos testicules (atrophie testiculaire). C’est d’ailleurs très paradoxal : en essayant d’avoir plus de muscles et d’être ainsi super masculin, vous risquez simplement d’être dénué de ce qui vous définit comme homme.

Bien plus naturelles, les noix du Brésil sont connues pour augmenter les niveaux de testostérone naturellement grâce au sélénium et aux graisses qu’elle renfermenet. La noix plus virile que les stéroïdes…eh oui !

Dégonflez-vous

Si vous vous êtes essayé aux stéroïdes, gardez à l’esprit que vous pouvez vous en débarrasser “facilement”, il n’est pas trop tard. Quand vous vous serez débarrassé de ces drogues, vous allez dégonfler, perdre de la masse musculaire, mais les dommages persisteront néanmoins.

Prendre de la testostérone qui provient de sources externes en réduit la production naturelle, ce qui conduit à la fatigue et à la mauvaise humeur. Faites preuve de bon sens et restez clean !

Comment augmenter sa fertilité naturellement ?

Mettez donc vos soucis de fertilité dans votre lit ! Si vous êtes inquiet de ne pouvoir avoir un jour une famille, la réponse à votre problème pourrait se situer quelque part entre vos draps !

Le sperme des européens de moins en moins quali

Le problème est alarmant, une recherche issue de l’université de Copenhague a montré que seulement 25% des jeunes européens ont un sperme de bonne qualité. Mais ce n’est pas le plus grave, le plus grave c’est que ce taux faible diminue d’année en année, il a ainsi été divisé par deux depuis 40 ans !

Heureusement, il existe une solution et elle n’est pas bien méchante, du moins c’est ce que suggère une récente étude menée par l’université de Boston : de dormir 6 heures par nuit ou plus pourrait vous empêcher de perdre 42% de ne pas avoir d’enfant.

Autrement dit, si vous voulez mettre toutes les chances de conception de votre côté, assurez vos nuits, pas seulement la quantité de votre sommeil, mais aussi la qualité ! Oui, dormir mieux booste donc la qualité de votre sperme !

En réalité, les hommes qui dorment très mal et possèdent un sommeil très peu qualitatif, plein de parasites ont une concentration de sperme d’un tiers réduite par rapport aux autres.

Vu le prix des traitements de fertilité, cette solution alternative pour augmenter sa fertilité naturellement et gratuitement tombe à pic !

Retrouver un sommeil de qualité

Pour retrouver un sommeil de qualité, pensez à vous débarrasser de tout nuisibles que vous connaissez bien, comme l’alcool ou la caféine bien entendu, mais tâchez aussi d’appliquer les 3 petits conseils ci-dessous, et vous vous endormirez loin des cauchemars de stérilité qui pèsent sur vous.

Instaurer une (petite) barrière :
Votre partenaire peut être le pire ennemi de votre sommeil, si c’est le cas, essayez de mettre un oreiller en guise de barrière entre vous deux

Troquez votre liseuse pour un vrai livre :
Malgré les études menées à ce sujet, il s’avère que votre liseuse type Kindle émet une lumière blanche qui perturbe votre sommeil, tenez-vous en aux bons vieux bouqins en papier. De même, on évite tout ce qui est téléphone, tablette et compagnie avant d’aller au lit ou pire, au lit !

Adopter la bonne température :
Il y a une raison bien réelle pour laquelle on préfère toujours le côté frais de l’oreiller, la chaleur rend difficile l’endormissement. La température de votre chambre doit être proche des 18° pour un cadre de sommeil idéal !

Comment faire du lait d’amandes ?

comment faire son lait d'amandes

Dimanche soir sur France 5 était diffusé un excellent documentaire sur un aliment très à la mode : l’amande. Pourquoi tant d’engouement pour ce fruit sec ? Comment est-il cultivé ? Comment arrive-t-il à la commercialisation, autant de questions auxquels répond le documentaire.

On y apprend notamment que l’amande représente un marché E.N.O.R.M.E, attirant ainsi les grands financiers de ce monde. Malheureusement, il n’y a pas que du bon, car la majorité de la production d’amandes vient de la Californie, et cette production possède un cout environnemental gigantesque, en eau notamment.

Sur le plan diététique, les amandes sont riches en fibres et autres nutriments utiles à notre bonne santé. 50% de leur composition sont des lipides, gare donc aux excès !

Comment faire son lait d’amandes maison

À 30 minutes du documentaire, vous apprendrez à faire votre lait d’amandes maison avec la chef. Le plus important est de faire tremper vos amandes au minimum 3H.

Les proportions : 100g d’amandes pour 1L d’eau, ce qui vous donnera 1L de lait d’amandes.

  1. Quand vos amandes ont bien trempé, égouttez-les
  2. Mettre les amandes + le litre d’eau dans un mixeur
  3. Mixez
  4. On arrive à l’étape essentielle : récupérer l’okara d’amandes, on procède avec un tissu de cuisine très fin appelé étamine et on verse la préparation dedans, ainsi on va enfermer la partie solide dans le tissu. Pressez pour extraire toute la partie liquide de l’étamine.

C’est ici toute la grande différence avec le fait d’acheter votre lait d’amandes dans le commerce. Vous récupérer ici cette fameuse pulpe d’amandes, très utile pour d’autres préparations culinaires, comme de délicieux cookies par exemple !

Cette farine d’amandes, l’okara, renferme l’essentiel de vos amandes, point de vue nutritionnel c’est ici que sont toutes les fibres.

Les avantages de faire son propre lait d’amandes :

  • revient moins cher
  • on récupère l’okara, une farine très riche dont on peut se servir pour cuisiner
  • le lait est jusque 5 fois plus concentré en amandes que dans le commerce

Le côté obscure de l’amande…

Si les amandes arrivent dans nos supermarchés dénuées de leurs coques, c’est qu’il a bien fallu que quelqu’un se charge de les ôter non ? Tenez-vous bien, ce sont des enfants exploités de New Delhi qui prennent en charge ce travail fastidieux, avec pour seuls outils leurs petites mains et une brique.

Californie > New Delhi > Paris…

Regarder le documentaire de France 5 sur l’amande, ce superaliment

> Le documentaire en replay sur France Télévision
> Le documentaire des amandes sur YouTube